Lance-toi même si tu n’es pas prête !

C’était le 3ème et dernier jour du premier séminaire de ma formation à l’INA (Institut des Neurosciences Appliquées). Nous étions par groupe de 3 en train de travailler sur la réalisation d’un objectif quand l’un des camarades nous confia qu’un de ses objectifs était de lancer sa chaîne YouTube sur le développement personnel. Le problème était qu’il procrastinait à cause de son perfectionnisme. Pourtant, à l’entendre, il semblait prêt et avait l’intime conviction qu’il pourra apporter sa valeur ajoutée au monde. Je l’écoutais nous parler des quinzaines de cahiers qu’il avait noirci de pensées, de sa passion pour le développement personnel, de tout le contenu en ligne qu’il avait consommé et pourtant, sa chaîne YouTube n’était toujours pas lancée.

Quand je lui en ai demandé la raison, il a répondu qu’il attendait d’avoir le matériel adéquat. Cela m’a ramené trois années en arrière quand je me cherchais des excuses pour ne pas y aller : je n’avais pas l’appareil photo adéquat. Une fois obtenu, je ne savais pas l’utiliser donc il me fallait me former. Puis, j’ai réalisé que je n’y connaissais rien en montage. Après le montage, ce fut la lumière etc… Bref, sous couvert de perfectionnisme, je repoussais sans cesse le lancement de ma chaîne. Jusqu’à ce que j’en ai marre et que je me mette devant la camera et tourne ma première vidéo. Je n’étais pas prête mais j’en avais assez de me réfugier derrière des excuses. J’avais perdu une année à tergiverser avant de faire cette première vidéo. Une année, c’est long pour se décider.

​En écoutant mon camarade, je me suis mise à sa place (ce que je ne suis pas censée faire) mais je ne voulais pas qu’il commette les mêmes erreurs que moi et que surtout il perde du temps. Je l’ai donc mis au défi de venir parler du perfectionnisme sur ma chaîne. Il a accepté de relever le défi et samedi dernier, il est venu chez moi et nous avons réalisé notre vidéo. Je dois avouer que ni lui ni moi ne regrettons cette décision. Lui, parce qu’il s’est dépassé et a été au-devant de ses blocages et en plus a fait une superbe intervention et moi, parce que je lui ai donné cette opportunité qui en était une aussi pour moi : réaliser des interviews d’entrepreneurs. Sauf que je procrastinais également de mon côté sous couvert de perfectionnisme : il me fallait avoir deux micros, une bonne lumière, un espace adapté etc… Cependant, nous nous sommes lancés alors que nous n’étions pas prêts mais cela n’avait pas d’importance. Sais-tu pourquoi ? Parce que le contenu était bon. Et que nous avions un message à transmettre.

Si tu le souhaites, je t’invite à regarder cette interview, tu en ressortiras avec un beau sourire et plein d’espoir. Déo Gracias n’a que 21 ans mais une très belle maturité.

Et toi ? Y-a-t-il une chose sur laquelle tu procrastines sous couvert de perfectionnisme ? Si oui, quelle action pourrais-tu poser afin de te faire avancer vers ton objectif ? N’oublie pas la règle des 4P « Je fais le plus petit pas possible ».

A très bientôt.

Mariama

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *